« Se laisser revêtir du Christ par les mains de Marie »


« Se laisser revêtir du Christ par les mains de Marie »

Lorsque nous invoquons la Vierge Marie, sous le vocable de Notre-Dame du Mont-Carmel, deux aspects sont mis en lumière nous éclairant ainsi sur le rôle de la mère de Jésus dans notre vie spirituelle. Le premier éclairage met la lumière sur le fameux scapulaire de Notre-Dame du Mt-Carmel alors que le second éclaire un aspect central de la vie de l’Ordre du Carmel qu’est l’oraison. Quel est le point commun entre les deux ? Une personne : le Christ Jésus.
Le rituel de bénédiction du scapulaire nous dit que ce dernier « est essentiellement un habit » et que celui qui s’en revêt « pour vivre dans la dépendance de Jésus Christ a choisi l’expérience spirituelle de familiarité avec Marie, sœur, mère et modèle » (§6). L’habit que représente le scapulaire n’est pas sans un fort symbolisme biblique. C’est saint Paul qui nous introduit dans ce symbolisme en lien avec la personne de Jésus-Christ: Mais revêtez-vous du Seigneur Jésus Christ (Rm 13, 1314) Vous tous en effet, baptisés dans le Christ, vous avez revêtu le Christ (Ga 3,27). Le baptême est donc le sacrement où nous nous sommes laissé revêtir du Christ. Ainsi le scapulaire est tout relatif à la personne du Christ comme la Vierge Marie vit dans une dépendance totale à son Fils Jésus de qui elle a tout reçu. Sans aucune résistance de sa part, elle a su se laisser saisir par la grâce divine et accueillir le projet d’amour de Dieu sur elle : devenir la mère de son Fils.
Cette matérnité la Vierge Marie continue à l’exercer dans l’âme et le cœur des croyants en les aidant à se laisser revêtir du Christ. Elle continue, par sa prière maternelle, à enfanter le Christ dans l’âme de ses enfants. Ces derniers sont invités à épouser les sentiments du Cœur de Jésus afin qu’en lui nous vivions en enfant de Dieu tel que le Père l’a prévue depuis toute éternité (Ep 1, 5-6). Comme une mère qui aide ses enfants à s’habiller, à enfiler leurs vêtements, à les ajuster, la Vierge Marie nous aide par sa prière et sa présence maternelle à nous ajuster à l’appel reçu de Dieu et à s’accorder à cette grâce. C’est tout l’enjeu de la vie spirituelle : laisser la grâce baptismale se déployer dans toutes les dimensions de notre personne.
Le scapulaire est ce signe visible qui nous rappelle d’une part la dignité de notre personne en tant qu’enfant de Dieu dans le Fils unique et d’autre part la présence discrète et maternelle de la Vierge Marie qui nous accompagne sur notre chemin de conversion, de conformation de notre cœur à celui du Cœur filial de Jésus.
A cet égard Notre Dame du Mt Carmel se présente comme modèle de l’accueil de cette grâce et de consentement à l’action de Dieu dans notre âme. Cet accueil et ce consentement à la grâce de Dieu le Carmel le vit dans l’oraison.Là nous nous mettons à l’écoute de la Parole en nous laissant modeler par elle, nous mettre à l’écoute des battements du Cœur de Jésus afin que le notre épouse peu à peu son propre rythme divin. C’est cela que nous vivons à l’oraison, un cœur à Cœur avec Celui dont nous nous savons aimé. Qui mieux que la Vierge Marie peut nous aider à disposer notre cœur à se mettre à l’écoute de la Parole, à se laisser regarder par Celui dont le regard n’est qu’amour (Mc 10, 21).
Combien il est difficile parfois de se laisser regarder et aimer pour ce que nous sommes aux yeux de Jésus. Il faut pour cela une bonne dose d’humilité pour savoir s’accueilir dans la vérité de notre être sans se réduire à nos limites et nos péchés. Ces derniers étant souvent le prétexte pour ne pas s’approcher de Jésus dans cette relation intime et personnelle qu’est l’oraison. La contemplation de la Vierge Marie à l’Annonciation est pour nous une belle leçon d’humilité. Marie, loin de se laisser envahir par son trouble et sa petitesse, consent avec simplicité à se laisser façonner par la grâce de Dieu et adhère de toute sa personne au projet de Dieu. Même si ce projet la dépasse infiment, dans une confiance absolue à son action, elle dit et renouvelle son Fiat à chaque événement de sa vie. Elle a expérimenté toute la douceur, tout l’amour, toute la patience de Dieu à l’égard de sa créature. Aussi toute la mission et l’intercession maternelle de la Vierge Marie est d’une part de nous conduire à son Fils Jésus, doux et humble de cœur, mais encore d’entretenir en nous cette confiance en l’amour de Dieu, à perséverer dans notre chemin spirituel en traversant avec confiance les difficultés des événements que nous réserve la vie, de veiller à ce que rien ne manque aux festivités des épousailles entre Dieu et l’âme (Jn 2, 2-5). Accueillons sa présence maternelle qui nous accompagne dans notre cheminement spirituel tout orienté vers la plénitude du Christ Jésus.

Frère Angélo-Marie du Sacré-Cœur de Jésus, ocd, Lyon

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *