Carême: un pèlerinage à l’intérieur du coeur 5


Carême : un pèlerinage à l’intérieur du cœur

black-and-white, cemetery, Christ

           Aujourd’hui nous rentrons dans le carême : une période de 40 jours avant Pâques. Selon la Bible, ce chiffre représente l’attente et la préparation. Nous le retrouvons plus en évidence dans les 40 ans de pèlerinage du peuple élu dans le désert et dans les 40 jours où Jésus s’est retiré dans le désert avant de commencer son ministère publiquement. Mais pour nous, en 2018, qu’est-ce que signifie le carême ? En effet, Dieu nous invite à parcourir un chemin de préparation pour vivre intensément le mystère de mort et de résurrection célébré à Pâques. Autrement dit, c’est un pèlerinage à l’intérieur de notre cœur où l’itinéraire est simple : la rencontre avec Dieu, avec le monde et avec nous-mêmes.

            Comme nous l’avons dit, la grâce propre du carême est de préparer notre cœur. La meilleure manière de le faire c’est par la rencontre avec Dieu à travers la prière. Selon le pape François, « en consacrant plus de temps à la prière, nous permettons à notre cœur de découvrir les mensonges secrets par lesquels nous nous trompons nous-mêmes, afin de rechercher enfin la consolation en Dieu. »[1]. En effet, rien ne peut être fait sans la prière et sans la relation d’amitié avec Dieu. Nous ne pouvons pas préparer notre cœur sans Dieu. D’ailleurs, sans Lui nous n’allons pas très loin ou nous partons sur de mauvaises voies.

            Franchie cette première étape de notre pèlerinage, la deuxième escale est l’aumône. Elle nous permet de sortir de nous-mêmes et de regarder le monde autour de nous. Faire l’aumône ne veut pas dire se débarrasser des affaires inutiles de notre maison. Faire l’aumône c’est avoir un regard attentif aux besoins de nos frères et alors lui donner ce dont il a besoin. Elle élargit notre cœur, crée une place pour que Dieu puisse vivre sa passion, mort et résurrection en nous. Sans la charité manifestée par l’aumône, notre cœur reste fermé, centré sur lui-même et ses petits problèmes. Malheureusement, un cœur centré sur lui-même est incapable d’accueillir le salut car il est fermé à la grâce par son égoïsme.

            Enfin, nous retrouvons le jeûne qui nous fait grandir dans notre humanité. C’est par cette pratique que nous constatons nos faiblesses et nos limites. Parfois nous nous prenons pour des « demi-dieux » : nous avons un discours sur Dieu mais nous voulons tout faire par nous-mêmes comme si nous étions capables de changer le monde par nos propres forces. Le jeûne rappelle que nous avons des besoins vitaux et que notre vie est complètement dans les mains de Dieu. Ainsi donc, finalement notre cœur reconnaît sa condition de dépendant du salut de Dieu.

            Voici notre feuille de route pour le pèlerinage de quarante jours à l’intérieur de notre cœur : la prière, l’aumône et le jeûne. Il nous propose des rencontres avec Dieu, avec les autres et avec nous-mêmes. Cependant, il faut avoir un ticket d’embarquement pour partir dans ce pèlerinage, ce ticket s’appelle « le désir de conversion ». Que notre cœur soit rempli de ce désir pour ainsi vivre le carême 2018 d’une manière différente. Que nous puissions répondre à cette invitation de Dieu : préparer notre cœur pour accueillir intensément le salut.

 

Abbé Gerson Peres

 

[1]     Message du pape François pour le Carême 2018


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 commentaires sur “Carême: un pèlerinage à l’intérieur du coeur